• Assurance automobile et conduite avec facultés affaiblies : testez vos connaissances

    23 juin 2019Christopher Johnson

    Il fait beau. Il fait chaud. Vous êtes sur une terrasse avec vos amis. Vous partagez cocktails, coupes de vin et verres de bière. L’ambiance est le fun ! Puis, vient le moment de quitter et de prendre le volant. Pouvez-vous toujours conduire ? Vos comparses vous disent que non, mais vous dites être « correct » et vous vous assoyez derrière le volant. Puis, quelques kilomètres plus loin, la police vous arrête pour conduite avec facultés affaiblies. Toute une série de conséquences s’enchaînent ensuite… Les impacts sont judiciaires et financiers, mais affectent aussi vos assurances !

    Et oui, plusieurs personnes ont tendance à surestimer leur capacité à conduire après avoir consommé de la boisson. Beaucoup de gens ignorent aussi l’étendue des conséquences, ou encore, ils croient à tort à certains mythes.

     

    Alcool au volant : vrai ou faux

    Testons vos connaissances ! Vous trouvez ci-dessous plusieurs « entendus-dire » concernant l’alcool au volant. Et nous avons départagé le vrai du faux à leur propos :

     

    La législation s’applique seulement aux conducteurs de voiture.

    FAUX

    La limite d’alcool dans le sang fixée à 80 mg par 100 ml s’applique à TOUS les véhicules à moteur. Donc voiture, mais aussi moto, bateau, motoneige, etc.

     

    Si vous vous assoyez dans le siège conducteur alors que vous avez bu, vous pouvez être arrêté même si le véhicule est stationné.

    VRAI

    Il n’est pas nécessaire de conduire en étant intoxiqué pour être arrêté pour facultés affaiblies. Le simple fait de vous asseoir derrière le volant d’un véhicule stationné — même si c’est pour vous réchauffer, dormir, ou attendre un taxi — suffit ! Et oui, la loi interdit d’avoir « la garde ou le contrôle d’un véhicule à moteur » lorsqu’on a trop bu ou lorsqu’on a consommé de la drogue.

     

    Une suspension de permis pour facultés affaiblies peut faire augmenter ma prime d’assurance, et même, mener à l’annulation de mon contrat actuel.

    VRAI

    Une arrestation et une suspension de permis pour conduite en état d’ébriété augmentent votre facteur de risque aux yeux de votre assureur et feront donc augmenter considérablement votre prime d’assurance de même coup.

    En effet, les assureurs considéreront que si vous avez déjà commis ce crime une fois, vous êtes enclin à le faire de nouveau. Ainsi, pour compenser le coût de futurs accidents potentiels, vous devrez essuyer une hausse de prime substantielle.

    Certaines compagnies iront même jusqu’à annuler votre contrat ou à ne pas le renouveler lors de la prochaine échéance.

    Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre précédent article sur le sujet.

     

    Je ne suis pas obligé de prévenir mon assureur d’une suspension de permis pour conduite avec facultés affaiblies.

    FAUX

    Vous êtes tenus par votre contrat d’assurance de déclarer toute aggravation de risques à votre assureur automobile, dont la suspension de votre permis de conduire.

    Si vous choisissez tout de même de cacher cette information et que votre compagnie d’assurance découvre le pot aux roses, elle pourrait refuser de vous indemniser en cas de réclamation. Et cela pourrait vous couter bien plus cher que de divulguer la vérité…

    Pour en savoir plus sur le sujet, nous vous invitons à consulter notre précédent article sur le sujet.

     

    Si ma prime augmente ou que mon contrat est annulé, je n’ai qu’à changer d’assureur.

    VRAI et FAUX

    Bien sûr, vous pouvez changer d’assureur, mais après une arrestation pour conduite avec facultés affaiblies, vous risquez fort d’avoir du mal à trouver un nouvel assureur qui accepte de vous couvrir. Et si certains acceptent de le faire, ce sera en échange d’une prime salée ! En fait, vous aurez peut-être même besoin de vous tourner vers un assureur spécialisé dans les dossiers hors standard.

     

    En conclusion, pour trouver la meilleure protection au meilleur prix possible, nous vous conseillons de contacter un courtier d’assurance indépendant. Faisant affaire avec un large éventail de compagnies d’assurance, il pourra faire les démarches auprès d’elles à votre place.

    Nous tenons aussi à souligner que le plus grand risque associé à la conduite en état d’ébriété demeure la sécurité ; la vôtre et celle des autres. Alors avant de prendre le volant après quelques verres, pensez aux conséquences et n’hésitez pas à vous faire raccompagner.