• Concilier son travail de courtier d’assurance en mode télétravail

    10 avril 2020Christopher Johnson

    Pour nous changer les idées un petit peu, nous avons décidé de faire parler nos courtiers! Nous voulions vous partager nos histoires de télétravail et discuter ensemble de ce confinement, car il n’y a pas que du négatif dans toute cette sombre histoire de pandémie!

    Cette semaine, découvrez comment Valérie Gobeil concilie son travail de courtier d’assurance indépendant en mode télétravail et sa famille !

    Est-ce ta première expérience de télétravail ?

    Oui, j’ai toujours pensé que je ne serais pas capable de faire du télétravail, j’avais peur des distractions et finalement, je me rends compte que je suis plus concentrée et plus dans ma bulle qu’avant. On s’aime tellement au bureau qu’ont voudraient toujours se parler!

    Comment se passe ton confinement ?

    Bien, sauf que je m’ennuie de voir du monde, moi qui aime être entourée de ma gang du bureau ! Là, je suis vraiment une solitaire… on en profite pour passer du temps en famille, on joue dehors, on fait des dessins, on s’occupe comme on peut. J’ai tellement de temps libre, que j’ai mis mon chum sur la construction de notre poulailler urbain ! J’ai fait l’achat de 2 poules rousses par internet ! (rires) On se prépare à faire notre jardin, comme on ne sait pas combien de temps tout cela va durer, on veut se tenir occupé tout l’été.

    Présente-nous tes nouveaux collègues de bureau !

    Mon fils Milan 3 ans ½ qui se fait un plaisir de descendre dans le sous-sol pour me demander : Maman à qui tu parles encore? Ce n’est pas facile pour lui de comprendre que maman est en bas, mais qu’elle ne peut pas jouer avec lui toute la journée. Somme toute, on s’en sort bien. La première semaine n’a pas été de tout repos, mais depuis, je vois une nette amélioration, on s’adapte bien!

    Quelle activité ou quel restaurant te manque le plus actuellement ?

    Allez magasiner, m’acheter de nouvelles paires de souliers. (rires) J’en rêve! C’est ça que je faire. Blague à part, allez prendre un bon repas au restaurant en amoureux. Déjà qu’on ne sort pas beaucoup habituellement, là on va être plus que dû!

    Quelle sera la première chose que tu feras quand cette situation sera terminée ?

    Vendredi, je t’aurais répondu aller faire couper les cheveux à mon chum et mon fils, ils étaient dus avant la pandémie, alors laissez-moi vous dire que ça ne sera pas du luxe!  En ce lundi matin, mon fils n’a plus besoin d’une coupe de cheveux. Je me suis improvisée coiffeuse durant le week-end. On se débrouille comme on peut, et l’avantage, c’est qu’on a amplement de temps pour le faire en ce moment.

    Qu’est-ce que cela vous fait de savoir que votre métier de courtier d’assurance est un service essentiel?

    Ça fait chaud au cœur! On ne sauve pas des vies, mais on protège les biens que nos clients ont à cœur. Durant cette période difficile, nous leur témoignons que nous sommes là pour eux. Ce n’est pas une situation facile pour personne. D’ailleurs, j’aimerais les remercier pour leur compréhension, ce n’est pas toujours facile en télétravail avec les enfants qui jouent, qui parlent, etc. Les clients sont toujours très gentils face à la situation. Merci beaucoup!

    De quelle façon crois-tu que cette pandémie changera le monde et sa façon de fonctionner ?

    J’espère que cette pandémie va nous ramener à l’essentiel et nous apprendre à profiter du temps, à relaxer un peu. Arrêter de courir. La vie va tellement vite! Ce mois de confinement c’est un mal pour un bien.