• Comment profiter du télétravail avec trois enfants

    30 avril 2020Christopher Johnson

    Retour sur les bancs d’école pour les plus jeunes, garderies, commerces… La vie quotidienne semble vouloir reprendre du chemin. Petit à petit! Mais pour le moment, les courtiers d’Assurances Multi-Risques travaillent toujours à partir de leur domicile, et ils profitent de chaque moment passé avec leur famille en ce doux printemps.

    Cette semaine, pour notre série d’articles sur la vie de nos courtiers en confinement, découvrez Catherine Nadeau: en mode télétravail avec ses trois enfants!

    Est-ce ta première expérience de télétravail ? Et comment cela se passe-t-il pour toi?

    Catherine : Alors oui effectivement, c’est la première fois que je travaille de la maison! C’est donc assez nouveau pour moi. Mais ça se passe très bien! J’ai beaucoup plus de temps étant donné que je ne voyage plus pour me rendre au bureau. Je suis bien organisée, et j’ai la chance d’avoir ma sœur près de moi pour garder les enfants pendant la journée.

    Je dois dire que j’apprécie quand même d’être en télétravail, mais mes collègues de bureau me manquent tellement! Je réalise que je suis vraiment une personne qui a besoin d’être entourée.

    Comment se passe ton confinement ?

    Catherine : Ça se passe bien. Ma sœur garde les enfants le matin pendant que je travaille, et le midi, je peux manger avec eux alors c’est vraiment l’fun. Nous prenons même le temps après diner, de prendre une marche ou de faire du vélo quand le temps nous le permet.

    Ce confinement a fait ralentir nos rythmes de vie, mais je crois que c’est pour le mieux. Je réalise que tout va tellement trop vite en temps normal, qu’en ce moment, ça fait vraiment du bien de prendre du temps en famille!

    Présente-nous tes nouveaux collègues de bureau !

    Catherine : Ce sont mes trois enfants! La plus jeune Kamélya a 2 ans, ensuite il y a Kyle qui a 7 ans, et ma plus grande Kelyane à 10 ans.

    Pour les deux plus vieux, ça se passe bien, car ils comprennent la situation. Mais ma plus jeune a un peu de misère à comprendre que maman travaille et qu’il ne faut pas la déranger! C’est difficile à cet âge de comprendre tout ça. Mais heureusement, les plus vieux s’occupent bien d’elle! Puis au fil de temps, ça va mieux, on dirait qu’elle commence à accepter la situation.

    Mon mari et ma sœur sont également présents en renfort donc ça va! (rires)

    Quelle activité te manque le plus actuellement ?

    Catherine : Mes 5 à 7 le jeudi entre filles à la Brasserie Lac Brompton! C’est genre MA place! (rires) J’aime vraiment aller là. Ça me manque!

    Quelle sera la première chose que tu feras quand la situation sera revenue à la « normale » ?

    Catherine : Prendre du temps pour moi! Sinon, comme je l’ai déjà dit plus tôt, la situation m’a fait réaliser que nos rythmes de vie ne nous permettent pas de profiter suffisamment des uns et des autres. Alors je compte bien prendre plus de temps pour moi, mais aussi pour voir mes amis et ma famille.

    Le métier de courtier d’assurance est reconnu depuis le tout début du confinement comme étant un service essentiel. Qu’est-ce que cela te fait de savoir que ton métier est indispensable pour le bien-être et la sécurité des Québécois?

    Catherine : Ça fait chaud au cœur d’être reconnu comme ça. Oui, la vie comme on la connaissait avant est présentement à l’arrêt, mais il faut continuer d’être bien protégé. Surtout que nous sommes à nos domiciles respectifs la plupart du temps, le risque d’accident ménager est accentué.

    Nous sommes en confinement, mais les dégâts d’eau eux, ne s’arrêtent pas pour autant! Alors nous continuons d’être présents pour aider nos clients, autant pour leurs souscriptions que pour leurs réclamations.

    Je suis vraiment heureuse de pouvoir continuer à travailler. Pour moi, il est d’ailleurs impossible de laisser tomber Christopher et Marie-Eve. Ils ont toujours été d’un support incroyable, pour moi comme pour tous les autres d’ailleurs. Ils se sont organisés pour que nous soyons bien, même durant le confinement. Ce sont vraiment des patrons extraordinaires. Je leur en suis très reconnaissante!

    De quelle façon crois-tu que cette pandémie changera le monde et sa façon de fonctionner ?

    Catherine : Je pense que les gens réalisent que tout allait trop vite avant… La fermeture de tous les commerces le dimanche, pour moi c’est une bonne chose. On devrait tout arrêter comme ça plus souvent, afin de profiter de l’essentiel. J’espère que ça continuera comme ça, même après la fin du confinement!