• «Comment vis-tu le confinement ?»

    2 avril 2020Christopher Johnson

    Pour nous changer les idées un tout petit peu, nous avons décidé de faire parler nos courtiers! Nous voulions vous partager nos histoires de télétravail et discuter ensemble de ce confinement, car il n’y a pas que du négatif dans toute cette sombre histoire de pandémie!

    La plupart d’entre nous sont en famille, et notre rythme de vie effréné a laissé place à un rythme beaucoup plus calme, plus zen (sauf quand les enfants crient autour de nous !).

    Cette semaine, découvrez comment François Bélanger concilie son travail de courtier d’assurance indépendant en mode télétravail et sa famille !

    Est-ce ta première expérience de télétravail ?

    François : En réalité oui ! J’avais déjà travaillé quelques fois à partir de chez moi, mais c’est la première fois que je travaille en étant tout installé comme ça. Là je peux être productif à 100 %.

    Comment se passe ton confinement ?

    François : Le confinement ne me stresse pas en tant que tel. On n’est pas totalement confiné, on est chez nous, mais on sort dehors, on prend des marches. La seule différence c’est qu’on travaille de la maison et on n’a pas de route à faire le matin et le soir pour s’y rendre. À ce niveau-là, c’est quand même l’fun! Par contre ça demande beaucoup d’organisation quand on a des enfants en bas âges. Il faut trouver le juste équilibre! (rires)

    Présente-nous tes nouveaux collègues de bureau !

    François : Ils s’appellent Éliane (18 mois), et Justin (bientôt 5 ans)! Comme on peut le voir sur la photo, les enfants descendent souvent me voir dans mon bureau ! (rires)

    Quelle activité et quel restaurant te manquent le plus actuellement ?

    François : Pour l’activité, je dirais le beau ski de printemps que nous avons perdu. La situation a coupé la saison et on aurait pu profiter encore de belles fins de semaine en montagne, mais bon. J’ai tourné la page. Niveau restaurant, mes préférés sont ouverts en take out alors tout va bien ! On est en période de pandémie, mais on ne manquera de rien. C’est comme cette histoire de papier de toilette… On habite dans une province qui fabrique du papier en masse, et à Warwick juste à côté ils en fabriquent du papier de toilette, on n’en manquera pas ! On ne manquera de rien. Ça ne sert à rien de paniquer à ce niveau-là.

    Quelle sera la première chose que tu feras quand cette situation sera terminée ?

    François : Et bien… on va revenir à la normale! Retourner travailler au bureau va me faire du bien. On va ressortir un jour, mais on ne sait pas quand ni comment. Seul le temps nous le dira!

    Qu’est-ce que cela vous fait de savoir que votre métier de courtier d’assurance est un service essentiel?

    François : L’assurance est un besoin primordial. Les maisons doivent continuer d’être assurées, et les véhicules aussi ça c’est une certitude. Je suis heureux de pouvoir continuer à travailler et servir mes clients. Les renouvellements ont lieu, c’est le moment pour les gens de prendre le temps justement de bien comprendre ce à quoi ils ont souscrit. Nous restons disponibles pour répondre aux besoins et aux questions des gens.

    De quelle façon croyez-vous que cette pandémie changera le monde ?

    François : Ihhhh…. Bonne question. Je crois qu’il est encore un peu trop tôt pour le savoir vraiment. Je ne suis pas du genre à regarder les nouvelles tous les jours pour voir ce qu’il se passe. On y va étape par étape. Pour l’instant on reste confiné pour ne pas faire voyager ce virus là encore davantage, mais je pense que dans quelque temps, il y aura de gros changements. Surtout des changements technologiques. Les gens vont s’habituer au télétravail, ils vont s’habituer à utiliser encore plus leur ordinateur. Même les personnes âgées devront s’y mettre. Ceux qui n’avaient pas l’habitude d’ouvrir leur ordinateur devront s’habituer à l’utiliser pour leur quotidien.