• Entrepreneur du mois : La Pinte

    12 juillet 2016Christopher Johnson

    Pour sa série Entrepreneur du mois, Assurances Multi-Risques s’est entretenue avec Dany Rouleau, l’un des trois partenaires d’affaires de La Pinte. Cette laiterie artisanale d’Ayer’s Cliff embouteille son lait aux propriétés uniques dans des bouteilles de verre, à l’ancienne. Ayant maintenant pignon sur rue depuis mai 2016, gageons que les détours se feront nombreux dans cette magnifique région pour une bonne bouteille de lait!

     

    AMR : Parlez-nous de votre entreprise. De cette idée de démarrer une laiterie artisanale?

     

    D.R. L’idée de démarrer une laiterie artisanale est née d’une amitié! Et aussi de notre côté entrepreneurial à tous les trois. Notre produit est unique, notre histoire aussi. Deux comptables et un spécialiste du marketing qui fondent une laiterie artisanale, ce n’est pas courant. Mais, nous, nous l’avons fait! C’est lors de mes études en comptabilité, à l’université que j’ai rencontré Pascal et Rémi qui eux étaient déjà amis depuis leur enfance. Nous avions les mêmes passions et visions, celles du secteur alimentaire et d’écoresponsabilité. Il était donc évident que nous devions unir nos forces pour élaborer et développer un projet comme celui-ci. Nous avons travaillé fort, très fort pour en arriver là. Nous partions de zéro. Nous sommes même allés jusqu’en Nouvelle-Angleterre pour en apprendre davantage sur ce milieu. Puis, nous avons acheté une ancienne salle de quilles à Ayer’s Cliff que nous avons transformé en une véritable laiterie artisanale. La Pinte, c’est également une histoire de famille puisque notre lait provient de la ferme où Pascal a grandit! Il était donc important pour nous de poursuivre là où tout a commencé!

     

     

    AMR : Comment vous positionnez-vous dans le marché par rapport à la concurrence?

     

    D.R. Nous sommes conscients que nous venons jouer dans la cours des grands, des très grands. Toutefois, notre produit est si unique et déjà prisé qu’on y croit. Notre bouteille en verre et consignée nous permet de nous démarquer, car nous sommes les seuls à offrir ce type de contenant sur le marché. De plus, notre lait provient à 100% de vaches Jersey. Non seulement son goût est unique et différent, mais ses propriétés le sont aussi. Ce lait, plus onctueux que les autres, contient plus de protéines et de vitamines. Nous tentons également d’offrir un produit aux manipulations moindres. Au final, ce que nous souhaitons offrir, c’est un lait se rapprochant le plus possible du goût du lait de la ferme.

     

     

    AMR : Quels sont vos projets d’avenir?

     

    D.R. C’est certain que nous souhaitons augmenter nos parts de marchés. Nous avons présentement notre vitrine, ici à Ayer’s Cliff, et vendons aux commerces de la région tels que IGA et Métro, mais nous visons, à court et moyen terme, les commerces de la Rive-Sud de Montréal. Nous désirons également augmenter notre productivité et développer de nouveaux produits pour diversifier notre gamme. Cependant, puisque nous venons tout juste de nous lancer en affaires, c’est encore trop tôt pour en discuter, bien que nous sommes optimistes et très emballés à l’idée de prendre de l’expansion. D’ailleurs, dans les prochaines semaines ou mois, nous offrirons un tout nouveau produit: le lait de brebis. Ce produit ultra-niché est un produit haut de gamme, unique et reconnu pour être plus facile à digérer.

     

     

    AMR : À quel niveau un courtier d’assurance vous supporte-t-il lors du démarrage de votre entreprise?

     

    D.R. Le démarrage d’une entreprise nécessite plusieurs choses à gérer, à orchestrer, à penser en même temps. La liste des choses à faire est très longue. C’est là qu’un courtier d’assurance comme AMR peut être très utile et sécurisant. Pour notre part, il nous a permis de nous concentrer sur le développement de notre entreprise. Tout le côté formel et technique, AMR s’en est chargé. Nous étions entre de bonnes mains, celles d’un expert.

     

     

    AMR : Quels sont les défis pour un entrepreneur dans votre domaine?

     

    D.R. À lui seul, le démarrage de notre entreprise est un défi. Faire d’une salle de quilles une laiterie artisanale n’est pas une mince affaire! Et faire face à d’importants concurrents aussi! Nos compétiteurs sont nombreux et très présents sur le marché. Notre vision d’écoresponsabilité est aussi un défi dû au fait que nos bouteilles sont consignées.

     

     

    Accueil