• Flip immobilier : flop sans assurance habitation ?

    20 août 2018Christopher Johnson

    À la télé, ça semble si facile : on achète une maison qui manque d’amour, on lui en redonne une bonne dose pendant quelques semaines ou quelques mois et on la revend à (gros) profits rapidement. Et oui, les émissions de rénovation donnent envie à plusieurs de se lancer dans les flips immobiliers. Mais dans la réalité, il arrive que tout ne soit pas aussi rose que dans nos écrans. Si vous êtes tentés de vous lancer dans une telle aventure, Assurances Multi-Risques souhaite vous conscientiser, avec cet article, à quelques défis en lien avec les assurances auxquels vous pourriez faire face.

     

    Que faire si votre assureur habitation refuse d’assurer votre projet de flip immobilier ?

    Ça y est, vous avez décidé de vous lancer : vous ferez un flip immobilier ! Votre premier réflexe pour assurer cette deuxième propriété ? Contacter l’agent ou le courtier d’assurance qui assure actuellement votre maison. (Mauvaise) surprise : il nous annonce qu’il refuse de couvrir cette nouvelle maison comme elle a été achetée dans le but de faire un flip immobilier…

    Alors comment trouver un assureur qui acceptera de vous assurer ? Avant de vous partager quelques trucs pour vous faciliter la tâche, nous désirons d’abord vous expliquer pourquoi plusieurs assureurs refusent d’assurer les maisons achetées pour faire un flip immobilier :

    Plusieurs aspects viennent influencer la décision d’une compagnie d’assurance d’assurer ou non ce type de projet. Entre autres, lorsque vous achetez une maison dans le but de faire un flip, la vacance de l’habitation peut grandement jouer dans la balance. Pour en savoir plus sur l’impact d’une maison vacante sur vos assurances, nous vous invitons à lire notre précédent article sur le sujet.

    En outre — une maison achetée dans le but de faire un flip immobilier manque bien souvent d’une bonne dose d’amour. Bref, elle n’est pas bien entretenue. Étant donné l’état du bâtiment, plusieurs assureurs préfèrent ne pas l’assurer afin de ne pas prendre de risques supplémentaires. D’ailleurs, nous vous invitons à lire un article un de nos précédents articles qui démystifie la différence entre rénovations mineures et majeures pour un assureur habitation.

     

    Quelques trucs pour assurer un flip immobilier

    Réaliser un flip immobilier, ça demande du temps, beaucoup de temps. Il vous faut d’abord trouver la perle rare, puis, vous devez la rénover afin de maximiser votre gain et, ensuite, vient la vente qui — même si on espère le contraire — peut exiger plusieurs semaines, voire mois.

    Et ce n’est pas tout : bien sûr, vous devez trouver un assureur. Alors pour sauver du temps et être efficace dans vos recherches, voici quelques conseils :

    • Contactez un courtier d’assurance indépendant qui fait affaire avec plusieurs assureurs différents, et surtout, qui a une connaissance des flips immobiliers ;
    • Assurez-vous de pouvoir fournir à l’assureur toutes les informations dont il aura besoin ;
    • Démontrez que vous avez une bonne connaissance de votre projet en ayant un échéancier planifié ;
    • Faites affaire avec un entrepreneur certifié par la Régie du bâtiment du Québec pour les travaux sur l’électricité, la plomberie, le système de chauffage, la toiture, etc.
    • Donnez toute l’information sur le nom des créanciers (prêteurs) en démarrant le dossier avec le courtier, puisque cela peut avoir une incidence sur la décision d’un assureur de vous couvrir ou pas et peut vous éviter de mauvaises surprises au moment de finaliser le dossier ;

    Aussi, ne soyez pas surpris : les protections d’assurance ne seront pas les mêmes pour votre maison destinée au flip que pour votre maison principale étant donné son affectation.

     

    En somme, un flip immobilier n’est certainement pas le type de dossier le plus facile à assurer. Et vous pourriez donc avoir quelques soucis… La prime d’assurance risque aussi d’être plus élevée, comme peu d’assureurs acceptent de couvrir un flip immobilier (rappelez-vous : l’assurance, c’est une question de risques, d’offres et de demandes). Vos meilleurs alliés seront donc votre courtier d’assurance indépendant et votre honnêteté à tout déclarer à votre assureur afin d’éviter tout problème en cas de sinistre. Maintenant, à vos marteaux !