Quand fréquence de réclamation rime avec refus d’assurance…

9 septembre 2019 | Christopher Johnson   

Faire une demande de réclamation à votre assureur suite à un accident ou à un sinistre en vous disant : « je vais enfin rentabiliser l’argent investi dans mes assurances » n’est pas toujours la meilleure solution.

En effet, un nombre trop élevé de réclamations auprès de votre assureur peut avoir de lourdes conséquences…

Dans cet article, Assurances Multi-Risques souhaite vous conscientiser sur l’impact des réclamations pour vous éviter bien des ennuis!

 

Qu’est-ce qu’une fréquence de réclamation trop élevée pour un assureur ?

Si vous croyez que seul le montant d’une réclamation a un impact sur votre assurance, vous vous trompez! Qu’elle soit d’un montant de 5000$ ou 500$, cela n’a aucun impact pour votre assureur, tout comme votre niveau de responsabilité ou la nature d’un sinistre.

Le nombre de réclamations a quant à lui, un impact significatif sur votre capacité à vous assurer… Malheureusement, la définition d’une fréquence de réclamation trop élevée varie d’un assureur à l’autre. Nous ne pouvons donc pas vous indiquer une limite à ne pas franchir.

Et sur quelle période de temps se basent-ils ? Encore une fois, cela dépend. Certaines compagnies d’assurance peuvent remonter jusqu’à 10 ans dans votre dossier pour évaluer votre fréquence de réclamation tandis que d’autres sont plus flexibles.

 

Fréquence de réclamations : les conséquences

Tout d’abord, vous devez savoir qu’une réclamation fera augmenter votre prime d’assurance, car vous perdrez votre rabais pour absence de réclamation.

Pour un assureur, effectuer un renouvellement après un sinistre demeure néanmoins une tâche plutôt simple. Elle se complique davantage lorsqu’un assuré effectue plusieurs réclamations dans un court délai. Devant une telle situation, l’assureur peut prendre différentes décisions:

  • Augmenter votre franchise et votre prime d’assurance ;
  • Exiger que vous apportiez des correctifs (par exemple, si vous avez subi des vols à répétition, il peut vous demander d’installer un système d’alarme relié) ;
  • Diminuer et supprimer certaines de vos protections d’assurance ;
  • Et dans le pire des cas, ne pas renouveler ou annuler votre contrat d’assurance automobile, habitation ou entreprise.

 

Pourquoi votre assureur refuse-t-il de renouveler votre contrat après plusieurs réclamations ?

Sous le coup de l’émotion après avoir appris le refus de votre assureur de vous couvrir, vous pensez sans doute que votre assureur veut éviter tout risque et seulement empocher votre prime. Mais c’est loin d’être aussi simple !

D’abord, votre compagnie d’assurance a un devoir de diligence envers sa clientèle, c’est-à-dire les gens assurés chez elle. En d’autres mots, votre assureur doit bien gérer chaque prime qui lui est versée de façon à bien contrôler ses dépenses, et ainsi, être juste et équitable avec tous ses clients. S’il juge que vos réclamations fréquentes nuisent à son équité, il peut refuser de vous couvrir.

De plus, le seuil de risque qu’une compagnie d’assurance peut assumer varie en fonction de sa taille et ses valeurs. Grâce à la technologie, votre assureur a accès à de nombreuses statistiques avancées pour évaluer les facteurs de risques associés à votre dossier, ainsi que ses probabilités de devoir payer pour un autre sinistre.

Si votre assureur juge les risques trop élevés, il refusera probablement de vous couvrir.

 

Comment éviter d’avoir une fréquence de réclamation trop élevée ?

Avant de procéder à une réclamation, nous vous conseillons fortement de contacter votre agent ou votre courtier d’assurance. En évaluant la situation, celui-ci sera en mesure de vous indiquer s’il est avantageux ou non de réclamer. Un bon courtier saura vous expliquer l’impact que pourrait avoir votre réclamation sur votre dossier d’assurance.

De plus, évitez de réclamer de petits montants ! Rappelez-vous que votre expérience de sinistralité est un facteur important lors du renouvellement de votre assurance.

Cela vous évitera également de devoir vous assurer dans un marché non standard, spécialisé dans les fréquences élevées de réclamation, et donc, de payer des primes salées.

 

Quoi faire pour vous réassurer après un non-renouvellement ?

Dès que vous êtes mis au courant d’un non-renouvellement par votre assureur, nous vous conseillons de le questionner quant à la cause de cette décision afin de pouvoir procéder au correctif si cela est possible.

Vous pourrez ainsi améliorer votre gestion du risque, mais surtout, vos augmenterez vos chances de réussir à vous trouver un nouvel assureur au meilleur rapport qualité-prix.

Aussi, si vous devez apporter des correctifs à votre maison après un dégât d’eau par exemple, nous vous recommandons fortement d’effectuer les travaux le plus rapidement possible afin d’éviter d’avoir de la difficulté à vous réassurer, mais surtout, pour protéger votre patrimoine financier en maintenant la bonne valeur de votre maison.

 

Pour conclure

Si vous faites face à un refus de renouvellement d’assurance ou à une résiliation de contrat, pas de panique ! Contactez-nous, et l’un de nos courtiers d’assurance indépendants spécialisés dans les refus d’assurance vous dénichera un assureur spécialisé jusqu’à ce que votre situation se régularise.

Vous ferez ainsi des économies de temps en évitant les recherches infructueuses, mais vous vous éviterez aussi bien du stress en vous épargnant un appel de votre créancier qui vous demande pourquoi vous n’avez plus d’assurance pour votre résidence.

Et le moment venu, lorsque vous aurez de nouveau une situation « normale », nous pourrons vous trouver un assureur ayant des prix compétitifs !