• L’assurance, le véhicule et le jeune conducteur

    15 février 2021cake

    Être parent est tout un travail et on souhaite toujours le meilleur pour nos enfants. Il est donc normal de vouloir leur faire économiser de l’argent afin de bien mettre le pied à l’étrier et débuter une belle vie active.

    Aussi, lorsque nos chers enfants viennent de passer leur permis de conduire, nous avons une réflexion rapide concernant leur assurance automobile ; on peut être amené à penser que si on achète un véhicule en notre nom et que l’on met le nom de notre enfant comme conducteur principal de ce véhicule sur notre propre police d’assurance automobile, cela va leur faire sauver de l’argent. Cette idée n’est bien sûr pas totalement fausse, mais elle n’est pas idéale. Et voici pourquoi :

    Tout d’abord, on souhaite avant tout la sécurité pour nos enfants. On a donc tendance à se diriger vers des véhicules plus récents. Cependant, cela fait déjà bien des années que les marques de voitures travaillent fort pour améliorer la sécurité sur leurs modèles.

    Aujourd’hui on peut donc très bien se procurer un véhicule d’une dizaine d’années et que ce dernier soit très sécuritaire. Il faut savoir que de ne pas avoir de financement signifie moins d’obligation de garanties d’assurances et par conséquent, une prime qui va être plus flexible. Cette idée est d’autant plus intéressante lorsqu’on sait qu’il en coûte plus cher pour assurer un jeune conducteur avec couverture contre les accidents avec collision.

    Il va de soi que pour un assureur, que le risque qu’un jeune conducteur qui n’a que peu d’expérience de conduite a plus de chance d’être impliqué dans un accident qu’une personne d’expérience. C’est là qu’avoir un véhicule sans financement prend tout son sens, car le créancier propriétaire d’un financement exigera que le véhicule soit assuré au complet.

    Ce qu’il faut donc retenir, c’est qu’un véhicule sans financement offre une liberté de choix sur les garanties possibles et donc plus de flexibilité sur la prime qui en découle. Mais alors à ce moment-là, y a-t-il une réelle différence entre la prime que vous allez payer sur votre propre police d’assurance et celle que payerait votre enfant ? La réponse à cette question reste vague puisque la prime va dépendre du dossier de chacun, mais dans l’ensemble la différence n’est bien souvent pas si haute!

    Nous vivons dans une société où la cote de crédit est reine, que ce soit pour être éligible à une demande de prêt ou encore pour avoir une prime d’assurance plus intéressante. Alors, aider son enfant a acheter un véhicule à son nom (sans financement), vont lui permettre de contracter une police d’assurance à son nom qui l’aidera par conséquent à développer plus rapidement une cote de crédit intéressante. De plus, comme ce dernier va posséder un passif d’assurance plus rapidement, il aura accès à de bien plus belles primes plus rapidement aussi.

    La facilité d’obtenir du financement pour l’achat ou la location d’un véhicule récent, un couteau à double tranchant.

    Ces dernières années, le marché de l’automobile a beaucoup facilité l’accès concernant les achats d’automobile avec financement de 2e et 3e chance au crédit. Même si elles ne sont pas à conseiller (voir article à ce sujet), ces options existent pour faciliter l’achat.

    Ainsi, une personne dans au début de la vingtaine qui viendrait de commencer à travailler peut plus facilement se procurer un véhicule récent. Ainsi, un jeune conducteur qui ayant déjà un bagage d’assurance à son actif aura une prime beaucoup plus intéressante qu’une personne ayant toujours été sur la police d’assurance de ses parents.

    Enfin, il faut savoir que des actuaires s’affairent à calculer des statistiques sur chaque modèle de véhicule. Quand on regarde celles-ci, on constate que certains véhicules et types de véhicules ressortent du lot concernant le taux de sinistralité qui y est rattaché. Selon le choix du véhicule lui-même, ou le type d’utilisateur que celui-ci attire, une prime d’assurance peut donc varier de manière conséquente.

    Voici un résumé de la situation idéale pour avantager un jeune conducteur :

    • Même s’il s’agit d’un premier véhicule, faites-le immatriculer au nom du jeune conducteur ;
    • Choisir un véhicule avec peu de valeur et l’acheter sans financement pour vous éviter l’obligation d’ajouter une garantie supplémentaire couvrant les accidents avec collision ;
    • Selon ses besoins, ajoutez une garantie couvrant les accidents sans collision ;
    • Appeler son courtier d’assurance pour faire évaluer la prime d’assurance possible avant de finaliser l’achat du véhicule ;
    • Acheter un véhicule selon son budget et contracter une assurance selon ses moyens pour éviter à tout prix une annulation pour non-paiement !