• Entrepreneur du mois : Cordé Électrique

    15 novembre 2016Christopher Johnson

    Pour sa série Entrepreneur du mois, Assurances Multi-Risques s’est entretenue avec Lise Déziel (L.D.), fondatrice de Cordé électrique, basée à Maricourt. Une entreprise qui prône les relations avant tout chose et qui se démarque par la qualité de ses produits et l’expertise de son équipe loyale.

     

    AMR : Qu’est-ce que Cordé électrique?

    L.D. Cordé électrique est une entreprise sous-manufacturière, spécialisée dans la production de harnais électriques. En bon québécois, en couettes de fils! Environ 85 % de notre production est allouée aux véhicules. Nous assemblons des harnais électriques pour des automobiles, des véhicules récréatifs, des camions utilitaires et industriels et des remorques de tout genre. Notre autre 15% est divisé en deux catégories distinctes. D’une part, nous fabriquons des harnais électriques pour le domaine médical. D’autre part, nous produisons des harnais pour différents produits à usage domestique dont des hottes de cuisine, des lave-vaisselles, des tables de cuisson et bien d’autres. Comme vous pouvez le voir, notre domaine est très large. Nombreuses sont les possibilités!

     

    AMR : Qu’est-ce qui vous a poussé à fonder votre entreprise?

    L.D. Un véritable cri du cœur! Mon histoire est bien spéciale. Le domaine du filage électrique, je le connais…depuis longtemps. Avant de fonder ma propre entreprise, j’ai travaillé pendant 15 ans dans le métier. J’ai exploré tous les postes, de journalière à directrice. Tout a commencé au printemps 2010 lorsque j’ai perdu mon emploi. Pour la première fois de ma vie, ce n’était pas moi qui avais décidé de partir. Au début, j’ai vu cette coupure comme un vent de changement. J’ai donc décidé de retourner travailler dans mon domaine d’étude qui est l’alimentation. Les mois passaient et j’ai dû me rendre à l’évidence que je n’étais pas heureuse. J’ai vite constaté que je n’avais plus l’étincelle, ce petit plus qui me passionnait. C’est durant mes vacances en juillet que j’ai réalisé que j’avais perdu mon travail, mais certainement pas perdu le droit de faire ce que je voulais dans la vie. Ça, ça été mon cri du cœur, l’élément déclencheur! J’ai regardé mon conjoint et je lui ai dit : « MOI, je pars mon usine! » Cette journée-là, j’ai démissionné de mon emploi, puis j’ai commencé à rédiger mon plan d’affaires. Exactement quatre semaines plus tard, mon entreprise était en fonction, contrats faits, machines achetées et quatre employés à ma charge. Je peux dire que j’ai suivi mon cœur, mon intuition. Ce qui me rend le plus fière, c’est qu’aujourd’hui, mes quatre premiers employés font toujours partie de la famille, qui s’est bien sûr agrandie avec le temps. Je dois tout à mes employés, car, sans leur travail, l’entreprise ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

     

    AMR : Depuis sa création en 2010, votre entreprise a rapidement évolué. Comment arrivez-vous à gérer une croissance aussi rapide?

    L.D. Maintenant nous la gérons, mais disons que nous l’avons d’abord subit. Surtout, entre la 2e et la 3e année où notre chiffre d’affaires a littéralement explosé. Avant de nous lancer en affaires, mon conjoint et moi connaissions bien le milieu en y ayant travaillé pendant plusieurs années. Et il faut dire que le milieu du cordage électrique est un petit milieu. Un petit milieu qui fonctionne beaucoup par réputation. De bouche à oreille et par réputation, nous avons créé notre clientèle, et ce, beaucoup plus vite que nous l’aurions imaginé. En trois ans, nous avons atteint 1033% de croissance! Nous sommes passés de 4 employés à 45! Vous comprenez que, pendant les deux premières années, ici, on ne s’appartenait pas. Je me suis dit, ça passe ou ça casse, mais au moins j’aurai essayé! C’est seulement à la troisième année que j’ai pu commencer à faire un plan de délégation, une structure d’entreprise pour pouvoir déléguer, et nous voilà aujourd’hui. Avec du recul, je peux dire que les mots d’ordre pour gérer une telle croissance sont : travail, confiance en ton équipe et délégation.

     

    AMR : Qu’est-ce qu’un bon courtier d’assurance à vos yeux?

    L.D. Un bon courtier, c’est une personne de confiance. Une personne sur qui tu peux réellement compter. J’ai de la chance, car mon courtier d’assurance possède ces qualités et bien plus! Ce que j’ai tout de suite apprécié chez Christopher, c’est que quelle que soit l’envergure de ton projet, il te fait sentir important. Christopher est également un allié. Je l’ai tout de suite constaté au démarrage des opérations lorsqu’il m’a référé plusieurs de ses contacts pour m’aider à développer l’entreprise. Tous des gens de confiance qui ont fait une différence chez nous! Définitivement, Christopher se démarque. Il est visionnaire, et en entreprise c’est exactement ce que ça prend! C’est pourquoi il était aussi important pour nous de collaborer avec lui, car il partage nos valeurs et notre vision.

     

    AMR : Votre entreprise semble impliquée dans la réussite scolaire. Pourquoi est-ce si important pour vous de soutenir une telle cause?

    L.D. Parce que je crois sincèrement que ce type d’implication peut faire une énorme différence dans la vie des jeunes. Je suis persuadée que cette tape dans le dos que tu reçois au secondaire peut faire LA différence. Celle qui déterminera peut-être ce que tu feras dans la vie. Personnellement, je l’ai vécu. Du soutien, j’en ai eu et j’en suis très reconnaissante. Je suis convaincue que c’est grâce à tout ce support que je suis assise ici aujourd’hui. J’ai donc à cœur qu’une de mes bourses puisse faire la différence sur la motivation d’un étudiant. Pour qu’à son tour, lui aussi ait la chance de faire ce qu’il veut dans la vie.

    http://harnais-electriques.com